Quelques nouvelles après un bon mois de déconnexion !

Pause photo dans une forêt sombre et inquiétante de Hongrie

Photo ci-dessus : « Sleepy Hollow, la légende du cycliste sans tête » (le 13 octobre en Hongrie)

Je viens d’arriver en Turquie et nous nous retrouvons à Istanbul avec Marilyne une dernière fois avant la fin du voyage. Le mois de septembre a été un mois de transition entre été et automne avec tout ce que cela implique quand on passe son temps dehors.

  • Diminution express de la durée d’ensoleillement (renforcée par le fait que je m’étais habitué aux 19 heures d’ensoleillement quotidien en Scandinavie)
  • Chute des températures et fin des baignades improvisées dans les lacs et étangs
  • Disparition des touristes et autres voyageurs à vélo avec qui il m’était bien agréable de parler dérailleurs, pneus et selle… mais aussi itinéraires, astuces de bivouac, culture et même astronomie.

Ceci dit dans l’ensemble, je suis plutôt chanceux. Pas de pluies torrentielles depuis longtemps, pas de casses mécaniques et beaucoup de bienveillance et de générosité de la part des personnes rencontrées au bord de ou sur la route.

Physiquement, je m’étonne de pouvoir rouler chaque jour des distances plus importantes (100, 120, 130 km avec parfois plus de 2000 mètres de dénivelés positifs dans la même journée) sans ressentir de grosse fatigue. Mes courbatures sont devenues des amies discrètes qui se font oublier après les 5 premiers  kilomètres. Bref, le plaisir de rouler et de voyager sont toujours bien là… heureusement.

Enfin, ami-e-s poètes, quel plaisir de rouler en automne ! Un été indien en Roumanie, même si cela sonne bizarrement, c’est une expérience que je n’oublierai pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *